Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coup(s) de pouce

Forum savoir-vivrefleur.jpgsuspen1.jpg

Rechercher

24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 15:36

L'armature de mon prochain livre:

M. et Mme Francis France avaient eu des octuplés.
Quatre filles, quatre garçons. Ils étaient semblables, mais de caractère tous différents.
Les filles d'abord:
Julie, primesautière, espiègle, dotée d'une intelligence acérée.
Laura, douce, romantique, calme.
Sylvie, délurée, libre d'esprit.
Sandrine, silencieuse, courageuse, le cœur sur la main.
Les garçons:
Pascal, charmant, adorable, et fainéant comme une couleuvre.
Alain, le plus proche de Sandrine: calme, travailleur.
Mathieu, ne prêtait jamais ses jouets. Bizarrement, il était très aimé de ses parents, et peu de ses frères et sœurs.
Gratien, gentil et très amical, toujours à discuter de tout.

Le préféré était Mathieu. Pour une raison que les autres n'expliquait pas, les France étaient aux petits soins pour ce garçon pourtant capricieux et autoritaire.
Après une dizaine d'année, arriva Marcel. Marcel était le fils de la sœur cadette de Mme France qui était décédée.
Les France devaient s'occuper du petit orphelin.
Marcel devint vite l'esclave de Mathieu. Il nettoyait sa chambre, lui servait son petit déjeuner, et aussi de punching-ball.
A leur 18 ème anniversaire, il y eut une fête à tout casser! Les parents avaient une nouvelle importante à annoncer, aussi ils firent de beaux cadeaux. Bien sûr, Mathieu eut le plus cher.

-- mes enfants, annonça le père. Nous n'avons pas assez d'argent pour nourrir toute la famille. Il va vous falloir travailler. Sauf Mathieu qui poursuivra de longues études.
La première à réagir fut Sylvie:
-- c'est injuste père! Mathieu est fainéant; moins que Pascal, mais pas tant que ça. En plus, il n'est pas très doué pour les études.

Le visage du père s'empourprait de colère, tandis que celui de la mère du rouge de la honte. Voyant son mari au bord de l'explosion, elle se hâta de prendre la parole:
-- il n'est pas question de discuter notre décision. Votre père est pressenti pour assumer de hautes fonctions; il va avoir des frais.
Sylvie, doté d'un caractère bien trempé, allait répliquer quand Marcel posa sa main sur son bras:
-- laisse Vivie…
Elle regarda son frère d'adoption et fut submergée de douleur et de tristesse. Marcel portait des traces récentes de coups violents; ceux que Mathieu avait l'habitude de lui porter pour se défouler.
Elle comprit que son insistance risquait de lui valoir d'autres retombées.
Elle se tut, mais se promit qu'elle passerait sa dernière nuit dans cette maison.
Elle partit au petit jour vers la grande ville. Très rapidement, elle fut à court de ressources; elle se prostitua, trouvant toutefois que finalement, le rapport qualité-prix n'était pas si mauvais que ça.
Elle avait son indépendance, de larges moyens, et trouverait à n'en pas douter un bourgeois malheureux qui sera heureux d'en faire une dame.

Pascal quant à lui trouva la combine: les France ayant mauvaise conscience de favoriser autant Mathieu, acceptèrent de l'aider tout au long de sa vie, en prélevant un petit peu d'argent qui était prévu pour Mathieu.

Julie, opportuniste, fut un soutien immédiat à Mathieu, devenant son responsable en communication.

Laura, Sandrine Gratien Marcel et Alain travaillèrent toute leur vie pour Mathieu. Ils firent 15 enfants qui dès leur 16 ans travaillèrent à leur tour pour Mathieu, et un petit peu pour Pascal.

Marcel eut une vie un peu plus facile toutefois. En effet, il comprit vite qu'il fallait avoir une certaine emprise sur Mathieu et ses parents adoptifs. Il se fit délégué syndical.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tao
commenter cet article

commentaires

Articles Récents