Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coup(s) de pouce

Forum savoir-vivrefleur.jpgsuspen1.jpg

Rechercher

11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 16:18

Nous connaissons tous ce qui ce dit sur la joie, la sensation extraordinaire de plénitude lorsque nous nous reproduisons ; tant dans l’acte de chair que dans l’accouchement.

Pourtant, de nombreux couples sont sans enfants. Les uns par choix, les autres par obligation.

Je crois que le plus dur dans cette situation, ce n’est pas la frustration, bien qu’elle soit immense.

Le plus pénible vient plus tard…

Au début, c’est dur. Puis le couple s’adapte ou rompt. La vie s’organise « autrement ». Pas d’amis du même âge, car tous ont des enfants.

Les nièces et neveux sont gâtés, un chien, un chat, rejoint la maison.

Puis le couple vieillit… ils partagent les même cicatrices, l’eau du bain, le lit, la table. Ils se gâtent, se font des cadeaux, ne se privent pas.

Peu à peu, ils retrouvent un équilibre, une sérénité.

Et le temps passe encore…

Puis le cercle, le clan s’aère… les parents meurent, les amis aussi.

La maladie s’installe, le dos fait souffrir.

L’avenir devient de plus en plus vide car il était essentiellement constitué du passé.

Que vont devenir nos deux petits vieux ?

Et surtout, s’il n’en reste qu’un… que va t’il devenir ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Tao - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Lu Yi 30/06/2007 14:10

Déprimante cette réflexion!  :(
Il y a aussi les amis.
A un âge avancé, nous devons préparer notre mort. La solitude peut être très difficile à supporter. Les croyants (chrétiens par exemple) ont l'Espérance et la prière pour tenir le coup.
Pour les athées, ce doit être infiniment plus dur.
Et après la mort, seront-nous encore seuls?

Articles Récents