Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coup(s) de pouce

Forum savoir-vivrefleur.jpgsuspen1.jpg

Rechercher

15 mai 2005 7 15 /05 /mai /2005 22:00

Nous l'appellerons: F.
Ses propos, utilisant parfois un vocabulaire spécialisé, sont ici vulgarisés.

N: F, vous êtes un des meilleurs conseillers en entreprise, nombre d'entre elles ont fait appel à vous pour aboutir à leurs objectifs, en terme de résultats. D'abord qu'est ce que la manipulation?
F: Le véritable de sens de la manipulation psychologique est d'obtenir de quelqu'un qu'il fasse quelque chose qu'il ne veut pas faire, sans qu'il s'aperçoive qu'on la lui fait faire. La manipulation peut être involontaire ou volontaire.

N: Tout le monde manipule alors?
F: Oui. L'enfant qui pleure pour obtenir quelque chose, ne plus agir pour se faire prendre en charge, etc…

N: Quel est le secret de base, la notion première d'une manipulation réussie?
F: La complicité. Le manipulé ne se rend compte généralement que très, voire trop tardivement de l'action qu'il subit, et par conséquent qu'il mène. Souvent, il choisit ensuite de rester manipulé, voire même tente t'il de manipuler le manipulateur: l'enfant pleure pour obtenir quelque chose, le parent négocie: "si tu arrêtes de pleurer et de mettre tes doigts dans ton nez, je t'achète cet objet".

N: Dans le cadre qui nous intéresse, la manipulation structurée en entreprise existe t'elle?
F: Naturellement. Une entreprise qui ne structurerait pas ses équipes en vue d'un objectif déterminé ne parviendrait pas à l'atteindre rapidement.

N: Pourquoi parlez-vous des équipes, et non d'une équipe?
F: Simplement car la concurrence joue un rôle essentiel dans une manipulation d'entreprise.
L'unité est l'ennemi N° 1, car elle favorise l'entraide, mais surtout la compréhension par le partage de l'information.

N: Quelle est la technique de base de la manipulation d'entreprise? Pour restreindre un peu le débat car nous risquerions de nous perdre, je vous propose de prendre comme axe de réflexion un patron voulant manipuler son équipe de cadre.
F: Les cadres sont les composantes les plus simples à manipuler. Leur positionnement naturellement ambiguë doit être appuyé.
Souvent, les patrons font appel à nous car ils n'osent pas aller assez loin. Nous leur démontrons que par un management faussement participatif, nous pouvons leur faire faire ce que bon lui semble.

N: Avez-vous un exemple, pour illustrer?
F: Il y a quelques années, le patron d'une unité d'une grosse entreprise à fait appel à nos services. Il voulait, à l'occasion d'une restructuration, épurer son effectif encadrement d'au moins 15%.
Au bout d'un an, en suivant nos conseils, 21% de l'effectif encadrement était "éliminé", mais le plus intéressant, est que les personnes concernées, au cours d'un groupe de travail, ont elles-mêmes choisit qui et quels postes seraient supprimés.

N: Tout cela ne paraît pas très moral…
F: Qu'entendez-vous par moral? Les entreprises nous payent, très cher, pour gagner de l'argent. Nous ne faisons pas de sentiments, mais nous présentons à chaque fois au patron un compte-rendu complet contenant plusieurs options, avec leurs conséquences.
C'est lui qui choisit.

N: En quoi la manipulation peut-être avoir, pour le manipulé, des conséquences positives, à court, moyen et longs terme?
F: En fait, tout dépend de son degré de compréhension, mais aussi de son importance dans la réussite du projet. C'est comme aux échecs: on sacrifie parfois la reine pour protéger un pion.
La personne se trouvant au pivot de la manipulation peut en tirer de grands avantages, avancement, primes, etc.
De toute façon, il est clair qu'il faut arroser un peu dans le cadre d'une grosse intervention, comme celle que je viens de citer.

N: J'ai l'impression que ce n'est pas très ancien comme méthode?
F: Les techniques de manipulations sont connues des grands cabinets de consultants depuis longtemps. Mais il est vrai que notre profession est très sollicitée depuis le début des années 90.
L'heure n'est plus au sentimentalisme dans les entreprises, et même si je le regrette, chacun à en main les mêmes armes. Certains les utilisent, d'autres "en croquent", si je puis me permettre l'expression.

N: En conclusion, si je disais que la politique d'entreprise est en grande partie celle des consultants?
F: Vous vous tromperiez. Nous ne sommes que des faciliteurs, nous mettons nos techniques au service des entreprises.
Les grandes entreprises sont désormais dirigées à beaucoup de niveaux par des technocrates. Ils doivent compenser leur manque de connaissance de terrain par autre chose.
Il nous serait impossible de faire la même chose avec des patrons à l'ancienne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tao - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Articles Récents