Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coup(s) de pouce

Forum savoir-vivrefleur.jpgsuspen1.jpg

Rechercher

10 février 2005 4 10 /02 /février /2005 23:00

Le voyage de Wawa
(D'un compagnon du forum, magicien, rêveur et plein de talent.)

Ceux qui n’aiment pas les voyages et la vitesse, vous pouvez descendre tout de suite.
Pour les autres, s’il en reste….nous partons.

Présentement vous êtes en train (bien sûr), et en train de lire ces quelques lignes que wawa a écrit.
Vous pouvez donc vous dire que wawa est dans votre monde,
puisque vous lisez ces mots.
Par contre, je peux tout aussi bien dire que c’est vous qui êtes dans mon monde puisque c’est à vous que j’écris ces mots.
Alors, qui est dans le monde de l’autre ?
Et si la réalité était que nous sommes le monde et qu’il se crée par nous!

Imaginons et visualisons devant nous une fleur rouge et son doux parfum.
Alors, vous y êtes ! Nous voyons sa belle couleur rouge, nous sentons son exquis parfum et nous touchons ses pétales de velours !
Eh bien, sans nous, cette fleur n’existerait pas. S’il n’y avait personne
pour voir sa couleur, sentir son parfum, et voir sa texture, tout cela
n’existerait pas. Ses qualités existent grâce à nous.
Nous savons que cette fleur est constituée d’ADN.
Vous et moi, nous sommes aussi constitués d’ADN.
Finalement, lorsque nous regardons cette fleur, ça revient à dire que c’est de l’ADN (nous) qui regarde de l’ADN (la fleur).
Dans le monde quantique dont Quarkenciel nous a composé un joli
poème; l’ADN est une forme d’énergie, de vibration.
Alors, si j’en reviens à mon exemple, c’est de l’énergie (nous) qui regarde de l’énergie ( fleur).
Enfin, si nous visualisons les ondulations (champs de force)entre nos énergies et celle de la fleur, nous voyons comme une série de vagues qui se fondent les unes dans les autres, (comme les vagues de l’océan) et qui finissent pas s’amalgamer et former une mer infinie.

L’énergie vient de la source et y revient.
Lorsque nous regardons la fleur, un infime mouvement d’infinité apparaît depuis la source de l’expérience même.
Un champ d’énergie infinie, silencieuse, faisant l’expérience d’un objet et d’un sujet sans aller nulle part.
La conscience a jeté un regard sur un aspect de sa beauté et a pris conscience d’elle-même. Il n’y a plus de séparation.
Où croyez-vous être?

Terminus.
Je vous remercie d’avoir voyagé à bord de mon wawagon et…
faites attention à la marche en descendant.


Wawa l’imagicien rêveur.

La mort.

Journée propice à la réflexion sur la mort non?
C’est assez effarant de voir comment la mort nous obnubile.
La vie nous semble si courte que nous avons toujours l’impression d’arracher celle-ci aux mâchoires de la mort.
Pourtant, tous les jours nous mourrons.(un peu)
De fait, dès notre naissance nous commençons à mourir. Certaines
de nos cellules se renouvellent ; d’autres non. C’est le processus
de vieillissement qui s’enclenche, il est irrévocable. Une partie de
nous meurt et nous nous transformons continuellement.

De fait, qui sommes-nous présentement ?
Le bébé que nous avons déjà été, l’enfant, l’adolescent(e), l’adulte,
le grand-père(mère). D’une certaine manière, le bébé que nous
avons été est mort, nous sommes passés à une autre forme ; nous nous sommes transformés. Ce qui me fait dire que nous nous créons continuellement, à chaque instant.
Pourtant, nous avons conscience d’être nous-mêmes ; sans
être attaché à un âge particulier.
Voilà donc le mystérieux observateur en qui rien ne fluctue. Nous rejoignons ainsi le fait que nous ne sommes pas dans le monde, mais que le monde est en nous. La réalité Une.
Vu de cet angle, nous ne sommes pas dans notre corps, notre corps est en nous. Nous ne sommes pas dans notre esprit, notre esprit est en nous.
Lorsque nous disons que l’âme quitte le corps d’une personne à la mort, nous sommes dans l’illusion. C’est le corps qui quitte l’âme. L’âme ne peut partir, car elle est partout.
La conscience d’être ne se situe pas quelque part. Lorsqu’elle est dans le corps, elle est là et partout. Lorsque le corps la quitte,
elle est encore là et partout.
Pour mieux visualiser, prenons l’exemple de notre maison. Elle occupe un certain espace, un volume. Si nous décidons de la raser au sol, elle disparaîtra certes, mais l’espace étant partout, l’espace qu’elle occupait demeurera toujours là. Nous n’avons qu’à reconstruire les murs et nous reverrons son espace. Il en est de même pour l’âme. Elle est partout, un état de conscience infini. Elle est venue du non localisé, a choisi une forme pour créer l’expérience, puis quitte la forme pour retourner dans le non localisé où elle fera le choix de créer différemment.
Nous ne mourrons pas, mais nous vivons continuellement.
Bien sûr, c’est une wawavision, mais elle transcende la mort,
lui donnant même de la vie!

Partager cet article

Repost 0
Published by Master Tao - dans Tao Te King
commenter cet article

commentaires

simonygabriiel 17/05/2008 14:28

proprement lumineux il ne s'agit que de vivre en délaissant sa subjectivité . oui l'âme est partout la conscience Certains pensent qu'à leur "mort" tout meurt avec eux....Superbe illusion.....Superbe parce que humaine ...trop humaine (alors illusoire )la fixation sur mon être singulier...c'est la grande erreur gabriel simony (qui reviendra sur ce thème) fraternellement

Tao 20/05/2007 07:15

Wawa a toujours une façon bien à lui de nous présenter les choses.Il sait être clair, et remettre nos convictions en question simplement en nous montrant autre chose.

rania 19/05/2007 20:54

Intéressant point de vue Je n ai jamais pensé
voilà ce que dit un vénérable bouddhiste
Les agrégats d\\\'énergies physiques et mentales qui composent la « vie » , changent incessamment et à tout instant ; ils meurent et sont ravivés. La vie est un flux ininterrompu sans qu\\\'il ait besoin d\\\'une substance transmigrant d\\\'un corps à un autre, ni d\\\'une étape à une autre.

Articles Récents